CAPD mouvement 67 -première phase- : bilan et informations

Voici les informations transmises lors de la CAPD du 19 avril, qui a traité de la première phase du mouvement. Points abordés : congés de formation, listes d'aptitudes PE pour les instits, mais aussi temps partiels, demandes de détachement ou disponibilités et ULIS collèges.

Mouvement 67 -première phase-

le bilan

Quelques chiffres

1756 collègues ont participé au mouvement 2018. Parmi eux, 709 ont obtenu une affectation dès la première phase, soit 40, 33% des candidats à la mutation.

Parmi ceux qui n’ont rien obtenu à la première phase informatisée, 358 collègues conservent leur poste, soit 20, 6 % des participants.

En conclusion, 691 collègues restent à affecter lors des phases d’ajustement, soit 39,1%.

Taux de satisfaction des vœux

Ce taux évalue le rang des vœux obtenus en fonction des demandes des candidats. Il est très semblable à celui de l’an passé :

  • Vœu 1 obtenu pour 42, 31% des affectations obtenues
  • Vœu 2 obtenu pour 12,55%
  • Vœu 3 obtenu pour 7,19%

Suite des opérations du mouvement

Maintien : GT le 24 mai

Phases d’ajustement : calendrier

 

La question des effectifs au niveau départemental

La problématique des remplacementsmouvement 67 -première phase-

Plusieurs situations d’absences non remplacées se sont accumulés en début d’année. Certaines causant de réelles situations de détresse pour des collègues tenu.e.s d’accueillir jusqu’à 35 voire 40 élèves… en maternelle !! Ces situations sont intenables. Nous les avons dénoncées auprès du DASEN et certains collectifs de parents excédés ont également été reçus par M. Launay.

En réponse à notre interpellation, M. Ladaique relativise : il s’agit d’un déficit en remplaçants au moment même d’un pique d’absences. Notre département dispose d’un potentiel de 10 000 journées remplacement /mois. Au mois de février, nous sommes à 1 pic de 14 000 journées.

Le département a donc exceptionnellement fait appel à des contractuel.les (essentiellement des titulaires du M2 ayant échoué au concours PE). L’appel à la liste complémentaire n’est plus envisageable en raison des exigences de formation des stagiaires qui ne peuvent plus être garanties (ni reportées en 2018-19). Pour l’heure, 6 à 7 contractuel.les sont recruté.es et le nombre devrait se monter à 10 pour couvrir la plupart des besoins de remplacement. Ces personnes sont employées en CCD jusqu’en juin 2018.

Le Sgen-CFDT entend ces explications de l’administration, mais c’est à la fois la santé des collègues et les conditions d’enseignement qui sont détériorées dans cette pénurie de remplacements. C’est une situation qui perdure depuis des années ! Il est urgent que le Ministère prenne des mesures pérennes pour trouver des résolutions à cette question. L’appel au dispositif des contractuels ne peut être une réponse satisfaisante et durable.

Le département a eu moins de surnombre que l’an passé, ce qui a entrainé un défaut d’anticipation. A l’avenir, les services seront plus attentifs aux premiers signes de déficit. Comme l’an passé, la variable d’ajustement sera l’INEAT/EXEAT.

Temps partiels, disponibilités et détachements

Pour évaluer les effectifs dont dispose le département, M. Ladaique nous rappelle la logique suivie :

  1. Etude des demandes de disponibilité et de détachements. Tous les départs ont été accordés.
  2. Temps partiels : les prévisions ont permis d’accorder l’ensemble des TP sur autorisation, comme le département a eu l’habitude de le faire jusqu’à présent. Cette décision implique une diminution des effectifs disponibles (flux en légère augmentation). Les Temps partiels accordés sont consultables sur I-Prof. Dans certains cas, la quotité n’est pas garantie et dépend de l’intérêt du service.
  3. Gérer les entrées : ceci implique de prendre en compte les départs à la retraite et l’arrivée des stagiaires qui obtiennent le CAPE en 2018. A cela s’ajoute l’attribution de 33 postes supplémentaires, pour assurer le dédoublement des CP.

La mise à plat de tous ces éléments permet d’établir les besoins du département. Le seul moyen d’avoir un apport est l’INEAT. Le DASEN va procéder par ajustements successifs. M. Launay s’est engagé à le faire de façon plus anticipée : début juin, une première photographie devrait être donnée.

 

Congés de formation et liste d’aptitude

Congés de formationmouvement 67 -première phase-

Rappel : le calcul du nombre de mois disponibles pour l’attribution de congés de formation est en lien avec la masse salariale. Ce calcul  permet d’obtenir 10,6 ETP soit 127 mois pour notre département cette année.

Les critères d’attribution sont les mêmes que l’an passé : en priorité, ceux qui ont un cursus universitaire à terminer. Comptent également : le niveau de diplôme, le projet de réorientation sociale. Sont également privilégiées, les formations compatibles avec l’exercice du métier.

Nous avons insisté sur la nécessité de faire évoluer ces priorités. Le critère de demande de réorientation devrait primer, dans la mesure où notre profession ne propose que peu de possibilité de réorientation. Une réflexion plus large devra être menée dans le cadre d’un GT.

Dans un premier temps, un congé de formation est accordé à 16 candidats (dont 1 non rémunéré), soit 125,5 mois. Le reliquat de 1,5 mois est attribué à 2 collègues qui ont une formation de courte durée à effectuer. M. Ladaique précise que l’administration peut envisager la possibilité d’étudier une absence d’un mois pour effectuer un stage, en complément d’une formation, mais en dehors du cadre du congé de formation.

Une liste complémentaire est établie puisque, chaque année, des collègues renoncent à leur congé de formation, le plus souvent parce qu’ils n’obtiennent pas la formation souhaitée. Les collègues finalement retenus seront informés par l’administration.

Nous avons informé les adhérents concernés. Si vous avez fait une demande de congé de formation, n’hésitez pas à nous contacter.

Liste d’aptitude PE

Cette année, il y avait 11 places sur la liste d’aptitude destinée aux instituteurs.trices qui souhaitent devenir professeur.e des écoles. 8 candidats ont postulé et sont reclassés dans le corps des PE. Il reste 60 instituteurs. trices dans notre département, dont 36 sont en activité.

Le cas des ULIS collèges

Les collègues qui ont postulé lors de l’appel à candidature et qui ont obtenu un avis favorable de la commission seront nommés selon leur barème sur les postes. Il y a eu un problème de calendrier, car il s’agit de postes qui relèvent du second degré et les informations ont eu du mal à circuler du Rectorat vers les services de la DSDEN.

Nous signalons que certains collègues qui voulaient postuler ont hésité, par rapport à leurs vœux au mouvement. M. Ladaique nous précise que si des volontaires ont raté le coche, ils pourront se signaler auprès de l’IEN ASH.

Le maintien

Par ailleurs, les collègues qui souhaitent faire une demande de maintien sur un poste ULIS collège, doivent savoir que le maintien ne sera possible que si aucun collègue du 2nd degré n’est affecté sur le poste souhaité. Cette situation ne concerne pas les collègues en formation CAPPEI qui sont maintenus d’office.

 

Pour aller plus loin

Lisez les dernières informations sur les changements de grade